P-4

Cette semaine, mais c’est pas voulu, mes billets ont tous un point commun, la lettre P : RAT-P, P-tasse…

Pour le dernier de la semaine, je me suis donc sentie obligée de continuer sur ma lancée. Ce qui m’a poussée à ressortir cette anecdote « P 4″ de derrière les fagots, qui m’est arrivée quand j’avais 18 ans. J’étais jeune et innocente. Je sais, ça n’excuse pas tout, mais j’essaie de me trouver des circonstances atténuantes. Lisez, c’est du lourd… Et ne me jugez pas trop durement, on a tous des moments d’absence, hein ?

Voilà voilà…

Soumettre un commentaire drôle, intelligent et pertinent

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your email is never published nor shared.